Accueil

Que procure l’ouverture de conscience ?



« Le principal travail du héros est de remporter la victoire sur le monstre de l'obscurité : c'est la conquête de la conscience sur les territoires obscurs de l'inconscient. Jour et lumière sont synonymes de conscience ; nuit et ténèbres le sont de l'inconscient.

Et Dieu dit : Que la lumière soit ! »


Paul Diel



Progresser tout au long d’un chemin thérapeutique amène de nombreux changements.


Les personnes en thérapie accroissent leurs capacités réceptives, d’écoute et d’intuition par un processus de libération des freins inhibiteurs. Elles arrivent à prendre leur véritable place dans leurs relations et laissent émerger et se développer leurs propres qualités. Des sentiments nouveaux naissent en elles, tels des sentiments qui ne sont pas des émotions en réaction à des situations et donc provenant de l’ego. Cela provient du fait que les personnes en thérapie ne réagissent plus pour leur survie dans des actions immédiates et instinctives issues de leur personnalité, mais au contraire qu’il émerge du plus profond d’elles l’acceptation de la vie en l’instant présent dans une véritable détente.


Avant d’en arriver là, et dans un premier temps les problèmes que nous rencontrons sont souvent dus au fait qu’ils découlent de certains mécanismes que nous avons tendance à répéter, mais que par inconscience nous avons du mal à repérer. Ce sont des mécanismes intrapsychiques que nous avons de façon innée ou acquise et qui découlent de certaines polarités. Ces polarités sont des phénomènes de croyance sur lesquels nous reviendrons.


Atelier lié : Les croyances


Les lignes ci-dessous ne peuvent pas rendre compte des innombrables psychés que nous sommes. Elles veulent simplement montrer quelques exemples de problématiques qui peuvent être dépassées par une élévation de la conscience.


Une mère peut répéter un certain nombre de gestes, sans comprendre les réactions qui lui viennent en retour de la part de son enfant. Ces réactions négatives (cris, pleurs, colères, etc.), lui font ressentir qu’elle est dans un comportement « figé ». Elle a l’impression d’être enfermée dans une prison dont elle ne peut s’échapper. Elle tourne ainsi en rond, elle a le sentiment d’être engluée ou paralysée. Il s’agit pour elle d’entrer dans un champ de conscience qui lui permet de se sentir plus animé, plus vivante avec son enfant, avec une capacité d’évoluer et de bouger. D’une certaine fixité elle va passer à plus de mouvement positif.


Il peut nous arriver de ressentir un sentiment de blocage, une sensation d’être coincé, inhibé, tendu, incapable de laisser s’exprimer librement son corps, sa parole, ses sentiments, ses désirs, ses impulsions. Une plus grande ouverture de conscience ouvre à une plus grande fluidité. Notre énergie se libère et nous devenons plus créatifs dans nos émotions et nos sentiments.


Nous utilisons tous, dans diverses situations, ce que l’on appelle des mécanismes de défense. Ces mécanismes peuvent être psychiques et/ou corporels. Une conscience plus ouverte permet plus de flexibilité dans ses défenses, moins de contraction musculaire et une aisance verbale et relationnelle accentuée. Il sera dès lors plus facile de s’adapter aux divers changements.


Certaines personnes sont repliées sur elle-même, elles sont enfermées dans leurs propres mécanismes et leurs propres problèmes : cela engendre une perte de contact avec l’environnement et les autres. Une ouverture de conscience par la thérapie permet une plus grande ouverture de la personne envers elle-même et donc envers autrui. Cela lui procure une plus grande capacité d’expression et d’écoute accompagnée d’une confiance en elle et en autrui. La communication s’en trouve augmentée et facilité.


D’autres personnes sont en prise avec des sentiments négatifs d’anxiété, de honte, de culpabilité, de frustration, avec un sentiment de menace permanent. Elles vivent dans un état de malaise et de mal-être dont elles ont parfois une faible conscience malgré l’inconfort que cela procure. Ici, l’augmentation de la conscience permettra une attitude plus active avec le sentiment qu’une orientation peut être donnée à la vie, que l’on peut avoir une meilleure maîtrise sur soi-même et sur ses projets. La personne s’engagera alors plus volontiers dans des activités qui lui donnent un sentiment d’intérêt et de réussite.


Sans doute connaissez-vous autour de vous des personnes qui ont divorcé plusieurs fois, ou qui sont dans une situation de surendettement ou toute autre situation qui sans arrêt se répète. La personne réitère sans arrêt les mêmes comportements, les mêmes réactions, les mêmes échecs en ressassant toujours les mêmes pensées. Renouveau, innovation, inventivité et changement seront à la base d’une conscience accrue, d’une conscience capable de penser un avenir et non plus des schémas répétitifs.


De nombreuses personnes ont malgré elle des tendances agressives parce qu’elles arrivent mal à intégrer leurs pulsions. Là aussi, l’élévation de la conscience permettra d’accéder un plus grand sentiment d’unité de soi, sentiment d’unité qui permettra une meilleure intégration des pulsions (sexuelles et/ou agressives). Des accès de colère sont souvent consécutifs au fait qu’une personne a du mal à se sentir vraiment et pleinement elle-même dans ses expériences et ses relations. Après la thérapie, elle arrivera à vivre pleinement les relations dans lesquels elle est engagée.


Souvent, nous imaginons des choses et ce qui se produit dans la vie est loin de ce que nous avions pensé. C’est que nous avons un imaginaire et que ce dernier au travers des perceptions et des représentations que nous avons du monde a tendance à se leurrer. Cela provient de mécanismes de défense comme la projection et l’introjection. Il s’agit alors d’augmenter sa conscience par la thérapie de sorte à devenir plus rationnel et de prendre la maîtrise sur les diverses activités de la vie.


Combien de fois vous est-il arrivé(e) d’être dépendant(e) du jugement et du désir d’autrui ? C’est que l’on se sent obligé parfois de se soumettre aux valeurs et aux normes que nous avons intériorisées dans notre surmoi. Cette intériorisation s’est produite à la période œdipienne dans notre petite enfance. Nous avons alors du mal à situer nos propres désirs et à les suivre. Il s’agit, à travers le changement que procure la thérapie, d’arriver peu à peu à s’affranchir de la dépendance. La personne s’efforcera de ne plus être ce que l’on attend d’elle, mais réussira à mettre en œuvre ses propres souhaits et ses propres désirs. Elle arrivera progressivement à trouver ses propres valeurs, à se faire ses propres jugements qui deviendront la source de ses actions. Le tennisman Yannick Noah a composé une chanson qui s’intitule « ose ». Elle s’adresse sans doute à toutes et à tous ceux qui ont du mal à se charger de leur propre vie.



Pascal Patry

Praticien en psychothérapie

Astropsychologue


Thérapeutique

« Ce sont des mécanismes intrapsychiques que nous avons de façon innée ou acquise et qui découlent de certaines polarités »

« De nombreuses personnes ont malgré elle des tendances agressives parce qu’elles arrivent mal à intégrer leurs pulsions »

« La personne s’efforcera de ne plus être ce que l’on attend d’elle, mais réussira à mettre en œuvre ses propres souhaits et ses propres désirs »

« Il peut nous arriver de ressentir un sentiment de blocage, une sensation d’être coincé, inhibé, tendu, incapable de laisser s’exprimer librement son corps, sa parole, ses sentiments, ses désirs, ses impulsions »