Accueil

Mon enfant, la psychologie universitaire et l’astrologie



Vous voilà nouvellement maman ! Et vous tenez dans vos bras la petite créature que vous avez portée pendant environ neuf mois. Qui est cet être, qui à travers vous, est arrivé dans ce monde ? Après cette première question en arrive une seconde : « comment et que vais-je devoir lui apporter » ? À moins qu’une réponse toute faite ne soit déjà élaborée : « Il sera menuisier comme son papa ou médecin comme sa maman » !


De la même façon que vous avez votre propre personnalité, votre enfant a également la sienne. Seulement, contrairement à vous, du fait de son très jeune âge, elle ne s’est pas encore manifestée. Pour le moment, votre bébé ressemble à tous les autres bébés ; il gargouille, il rit, il pleure, il crie, il bave et dort de la même façon que tous les autres nourrissons. Il lui faudra du temps à vos côtés, en interaction avec vous, pour manifester sa personnalité comme une graine va un jour manifester sa fleur. C’est dire toute la richesse et le potentiel qui vivent dans votre enfant.


Ce potentiel est rarement à quoi l’on pense lorsqu’arrive l’enfant et c’est souvent parce que l’on n’y pense pas que divers problèmes arrivent. L’enfant est un être à part entière, c’est un adulte en miniature. Même s’il a beaucoup à faire et à apprendre avant d’y parvenir, il est important de se projeter avec lui dans l’avenir et de le voir comme une grande personne. Mais pour l’instant, vous êtes dans l’émerveillement de sa naissance, attentive à ses besoins, et vous l’aimez déjà comme une partie de vous-même.


La science psychologique nous enseigne que les enfants suivent une voie de développement tout à fait précise, même si sur cette voie de développement certains enfants sont en avance de six mois et d’autres en retard de trois. Tant que la croissance se fait dans des temps légèrement variables, c’est qu’il n’y a rien de pathologique. Mais vous ne trouverez jamais dans un livre de psychologie quelconque, des données importantes et pertinentes sur la personnalité naissante de votre enfant.


Il va vous falloir apprendre sur le terrain, comme toute maman. Si une solution universelle existait, elle se saurait.


Au risque parfois de vous décevoir, votre enfant va se développer en accord avec sa nature intérieure et non pas en fonction de vos attentes ou de vos éventuelles prévisions. Les six premières années de sa vie seront cruciales dans le développement de ses propres valeurs, de ses propres émotions, bref, de toutes les qualités contenues en son âme et qui feront de lui le futur adulte déjà évoqué plus haut.


Regardons d’un peu plus près


La psychologie universitaire nous enseigne que de la naissance à l’âge de trois ans le développement de l’enfant va suivre deux voies distinctes. Tout d’abord la voix qui consiste à la poursuite de son développement physique et cognitif.


Ensuite, parallèlement, l’enfant va suivre un développement affectif et social. Durant ces phases, l’enfant va développer son système nerveux, les capacités sensorielles du bébé vont s’accroître, il va développer sa motricité ; ses perceptions et sa mémoire vont petit à petit se construire en interaction avec les personnes de son entourage. Arrivent ensuite les étapes du développement du langage et de l’acquisition du langage sous l’influence de divers facteurs. Nous allons voir apparaître ensuite une conscience de soi chez l’enfant et les premières manifestations émotives qui vont nous donner une idée plus précise de son tempérament. Je vous fais grâce ici de la suite des événements qui constituent le développement de l’enfant du point de vue universitaire, je les aborderai sur une autre page.


Durant la période mentionnée ci-dessus ou l’enfant va suivre ses deux voies distinctes, les parents vont avoir un rôle inducteur dans la formation d’un caractère plus ou moins difficile chez l’enfant. Et cela sans qu’ils s’en rendent compte la plupart du temps.


Pourquoi ? D’abord, parce qu’inconsciemment nous nous forgeons une idée de ce que « va être notre enfant ». Cet inconscient que nous avons et qui provient de notre propre éducation, de notre propre vie d’enfant, de notre propre parcours s’est profondément ancré en nous. Il peut d’ailleurs provenir de mémoire très lointaine puisque l’on parle aujourd’hui de psychologie transgénérationnelle.


(Par exemple en psychologie transgénérationnelle : Une histoire vraie concerne un petit garçon qui faisait de l’asthme. Un secret de famille régnait dans la famille sur le fait que son arrière-grand-père était décédé suite à des gaz dans les tranchées. Lorsque l’enfant l’apprit, ce qui n’est pas allé de soi, car trop de bouches s’étaient tues et la famille entière dut passer par la thérapie, l’enfant cessa ses crises.)


Nous sommes donc, devant notre enfant, comme étranger à nous-mêmes (c’est d’autant plus vrai que lorsqu’un parent dit de son enfant qu’il le pousse à bout. Si l’adulte se connaissait parfaitement il saurait aussi gérer la situation conflictuelle, or il est imprimé dans la relation si je puis me permettre de le dire ainsi pour bien me faire comprendre).


Cela est très important, car le désir de tout être en croissance est de devenir lui-même (en ce qui nous concerne, sur ce plan-là, nous avons tous plus ou moins échoué sans quoi nous n’aurions pas besoin de conseils, pas besoin de nous confier, pas besoin de réponses et la méthode thérapeutique n’existerait pas !).


Nous avons donc devons-nous un enfant qui souhaite devenir lui-même et manifester toutes les potentialités que la vie lui a données. L’enfant est donc dans une position où il a devant lui des parents qui ne savent pas qui il est, car il vient d’arriver, et qui en plus ne savent pas eux-mêmes qui ils sont vraiment parce que la vie est ainsi faite.


Si l’expression m’est permise : Ça promet !


Au milieu des questionnements qui peuvent naître et auxquels la psychologie ne répond pas, qui peut nous aider ? Qu’est-ce qui pourrait enlever une partie du lourd fardeau et des responsabilités que portent les parents devant la difficile tâche d’élever un enfant ?


La première chose qui peut nous aider en tant que parents est un travail sur nous-mêmes, afin d’être un peu plus nous-mêmes ! La plupart des gens ne le savent pas, mais lorsque quelque chose doit changer dans une relation, et en l’occurrence dans la relation à l’enfant, ce sont les parents qui doivent changer ! Une fois ce changement opéré, ils verront une différence de comportement chez leur enfant.


Une maman qui stresse avec son enfant peut tout à fait découler du fait que sa propre mère était stressée avec elle. Mais comme elle était toute petite, elle ne s’en souvient plus (c’est passé dans l’inconscient et c’est plus ou moins douloureux !). Du fait d’avoir vécu dans le stress de sa mère, l’affect (c’est-à-dire le vécu intérieur de cette mère) est resté dans l’inconscient.


La deuxième chose qui peut nous aider en tant que parents est de faire appel à une sagesse ancestrale qui a toujours dit que l’enfant venait au monde avec une personnalité et des potentiels tout à fait précis. Cette sagesse ancestrale c’est l’astrologie.


Peut-être y a-t-il ici une levée de boucliers de la part du lecteur, mais je ne peux donner ici une description détaillée des 20 années d'étude qui m'ont convaincu du bien-fondé de cette sagesse. Regardons là aussi les choses d’un peu plus près.


L’enfant, à sa naissance, n’est pas une page blanche sur laquelle nous viendrions inscrire chaque détail de son caractère selon notre manière de l’élever. L’enfant ne peut pas non plus être ramené à un « enfant difficile » lorsqu’il n’écoute pas et à un « enfant facile » lorsqu’il écoute. De plus, indépendamment de la façon de faire des adultes, certains enfants deviennent des « enfants difficiles » et d’autres des « enfants faciles ». Les causes de tout cela sont à rechercher dans le thème astral des enfants, mais également dans celui des parents.


Essayons de nous souvenir, lorsque nous-mêmes étions enfants. Nous étions comme une graine qui contient en elle toutes les potentialités et tous les traits de caractère qui font de nous la personne que nous sommes aujourd’hui. Nous avons été exposés à des conditions plus ou moins favorables, voire adverses, dans l’environnement où nous avons vécu. Notre croissance, si nous y réfléchissons bien, en a été affectée.


La preuve en est, que certains parents disent ne pas vouloir reproduire les mêmes erreurs que leurs propres parents, avec leurs enfants. Si ces parents connaissaient la force de l’inconscient, il prendrait immédiatement rendez-vous avec nous !


Nous sommes aujourd’hui, nous parents, l’environnement par lequel notre enfant lui aussi peut être affecté. Si donc l’environnement (que nous sommes pour lui) s’adapte à sa nature intrinsèque d’enfant, nous serons des participants à sa propre création, à son propre développement, à son propre devenir.


Encore une fois, on peut étudier tous les livres de psychologie que l’on veut, lorsque l’on observe plusieurs enfants du même âge on constate des différences de niveau d’activité, d’adaptation, d’intensité réactionnelle, de qualité des humeurs, etc. Ce sont tous ces éléments qui façonnent la relation que nous avons avec eux. Car l’enfant, loin d’être indépendant dans la relation, y participe de tout son être, de toute son âme. Il observe ses parents, les jauges, voit et comprend ce qu’il peut faire, il ressent les limites à ne pas dépasser, mais aussi celles qui peuvent l’être. Tous ces échanges conditionnent à la fois le devenir de l’enfant, mais également les relations au quotidien.


Les parents et l’enfant sont coresponsables des relations qu’ils entretiennent, mais c’est le changement que peut opérer le parent dans sa manière de penser et de voir l’enfant qui peut modifier cette relation dans un sens plus harmonieux. Et c’est là que se situe la plus grande difficulté dans la parentalité.


Récapitulons :


La période de la prime enfance est considérée comme essentielle pour la formation de la personnalité. C'est le moment où les tendances innées peuvent être soit mises en valeur, donnant ainsi à l'enfant l'impulsion puissante nécessaire à son accomplissement futur, soit dévié dans des formes d'expression plus négatives. Pour reprendre l'analogie avec la graine, nous avons là toute la différence qui existe entre une plante arrosée, fertilisée, taillée, recevant la lumière du soleil et celle qui est négligée et laissée à elle-même pour survivre.


L'astrologie peut nous aider à reconnaître qui sont réellement nos enfants et à les accepter comme tels. Alors, seulement nous pourrons commencer à respecter leur individualité. Nous abandonnerons ainsi plus facilement l'idée de les former à notre image et nous ne souffrirons plus en découvrant avec désappointement qu'ils possèdent leur manière unique d'approcher la vie. C'est ainsi que nous « formerons » nos enfants, selon que nous accepterons ou rejetterons ce qu'ils sont réellement (par opposition à ce qu'ils « devraient » être).


Plus nous acceptons pleinement nos enfants et plus nous sommes capables de les guider vers des formes d'expression souhaitables. Le savoir astrologique devient ici très utile. Nous pouvons l'employer pour leur offrir des conditions de croissance optimale ou pour trouver les moyens les plus efficaces de décourager leurs excès.


Plus encore que nos élans d'amour instinctifs, la force de notre acceptation et de notre tolérance peut leur servir d'exemple.


Ils peuvent ainsi édifier leur propre acceptation d'eux-mêmes et se préparer à devenir les gardiens conscients et bienveillants des nouvelles générations à venir.


L'objectivité astrologique peut également aider les parents à se libérer de nombreuses anxiétés. Ainsi que nous l'avons déjà souligné, moins nous avons d'attentes et plus nous devenons intérieurement calmes. Nous y gagnons en disponibilité et en patience vis-à-vis de nos enfants. Ainsi, la confiance que nous avons en nos capacités parentales ne peut être ébranlée, même si nous sommes poussés au-delà de nos limites, car nous comprenons que nous sommes davantage des gardiens veillant sur leur croissance que les dieux ou les déesses pour lesquels nous nous prenons parfois.


Notre plaisir à les observer grandit lorsque nous parvenons à lâcher nos exigences. Nous commençons alors à découvrir avec bonheur leur talent propre et leur habileté unique.


En reconnaissant ainsi la valeur de ce que chacun a à offrir individuellement, beaucoup de nos soucis disparaissent. En particulier, toutes ces inquiétudes qui sont présentes lorsque nous comparons le développement de notre enfant avec celui de nos amis.


Finalement, puisque la reconnaissance juste des besoins individuels de l'enfant nous guide vers des méthodes d'éducation plus appropriées, nous pouvons cesser toutes ces batailles perdues d’avance, si décourageantes.


La vie en devient plus facile et plus gratifiante pour tout le monde.


Pascal Patry

Praticien en psychothérapie et astropsychologue



Enfance

« Vous voilà nouvellement maman !  »

« l’enfant va développer sa motricité ; ses perceptions et sa mémoire vont petit à petit se construire en interaction avec les personnes de son entourage »


« Nous avons donc devons-nous un enfant qui souhaite devenir lui-même et manifester toutes les potentialités que la vie lui a données »


« Cette sagesse ancestrale c’est l’astrologie »


« La période de la prime enfance est considérée comme essentielle pour la formation de la personnalité.


C'est le moment où les tendances innées peuvent être soit mises en valeur, donnant ainsi à l'enfant l'impulsion puissante nécessaire à son accomplissement futur, soit dévié dans des formes d'expression plus négatives »


« L'objectivité astrologique peut également aider les parents à se libérer de nombreuses anxiétés »