Accueil

Notion de développement


Le mot développement signifie « retirer l'enveloppe ».


Selon les dictionnaires on trouve diverses définitions :


- Évolution dans le temps : cheminement, cours, déroulement, devenir, fil, marche, progrès, progression, suite, amélioration, augmentation, évolution, conséquence, expansion, épanouissement.


Progrès : ascension, avance, avancée, avancement, cheminement, marche, marche avant, montée, percée, progrès, progression.


En photographie, développer une photo c'est faire apparaître l'image qui se révèle après réaction dans un bain chimique dans des conditions physi­ques bien spécifiques, l'image révélée étant par ailleurs variable selon la durée dans le bain et la température du bain.


Développer c'est cultiver, éduquer, former son intellect, autant qu'agrandir son affaire, ou éclaircir, expliquer, expliciter, traiter une idée ; c'est déduire quelque chose.


Ce processus dynamique du développement continu ne s'arrête qu'à la mort du sujet et est la caractéristique principale du vivant. Le vivant ne peut s'apprécier sur un instantané, mais seulement dans la dynamique de son évolution. Toutes ses facultés doivent donc être analysées sur une courbe évolutive de crois­sance et de ces retraits d'enveloppes.


La complexité de l'homme fait que toutes ses compétences évoluent à des rythmes différents selon des rythmes immuables (processus ataviques, génétiques qu'on ne peut modifier ou sinon que très modérément) ou selon les stimulations internes particulières ou externes (sociales notamment).


Le développement est souvent associé aux principes de maturité et de maturation d'un élément donné. Selon le Petit Robert, « la maturité » c'est « être parvenu à un point de perfection ; état qui confère à un sujet la pléni­tude de ses moyens physiques ou psychiques ; état qui donne toute capacité de jugement, une sûreté de jugement ; état de plénitude : posé, raisonnable, réfléchi : souligne le temps de réflexion, d'attente et d'écoute ».


Est-ce possible d'atteindre cette plénitude et est-elle liée à un âge donné ou est-ce l'idéal jamais atteint ? Faut-il donc garder cette image idéalisée qui tendrait à faire croire à un manque tant que la personne n'aura pas atteint cet état, ou ne vaut-il mieux pas parler de concept de maturation. En effet, « la maturation » est l'ensemble de phases successives par lesquelles des éléments passent d'un stade de germe à celui d'un fruit, d'un produit dont l'essence sera à son tour capable de donner des fruits et d'autres germes.


Ce concept évoque une dynamique de création et de recréation qui permet à tout sujet de se sentir totalement sujet à chaque étape de sa vie, étape qui donnera du fruit et étape qui engendrera un nouveau germe pour passer à l'étape suivante.


Chaque élément du développement doit être apprécié dans un contexte donné et dans son évolution. C'est pourquoi on parle de trouble du déve­loppement selon différents critères :


- retard du développement ou immaturité simple (moteur, psychomoteur, sphinctérien, etc.) quand la compétence sera atteinte avec un délai plus long que prévu selon les règles dites de normativité ;


déficits globaux : ce qui implique lenteur des acquisitions et déficit défi­nitif des capacités globales ;


déficits globaux hétérogènes : avec déficits différents selon les registres de maturation entre eux ;


déficits spécifiques d'un seul registre (du langage, moteur) ;


anomalie des étapes du développement qui ne s'effectuent pas de manière adéquate, mais désorganisée.


La richesse de l'individu dépend de l'alchimie et de l'équilibre existant à chaque moment entre tous les domaines (psychique, cognitif, affectif biologique, anatomique, social) qui le constituent. Tous ces domaines vont « subir » ces processus de développement chacun à son rythme. L'étude du développement de l'enfant nécessite donc d'en étudier tous les différents points successivement et le développement global doit faire évoquer tous ces systèmes entremêlés. Seule une analyse systémique de l'enfant en lui-même peut permettre de comprendre les éventuelles difficultés auxquelles un thérapeute peut être confronté.


Ce retrait de l'enveloppe suscite la perte d'une situation, d'un statut pour passer à une étape nouvelle. Chaque étape ne peut être atteinte que si la précédente a permis de préparer ce bouleversement. La perte de la situation précédente est totale même si l'individu croit rester le même. Ces passages successifs impliquent totalement les personnes environ­nantes qui sont en premier lieu les parents. Ces passages ne pourront être réalisés qu'avec le soutien, l'encouragement et la stimulation des parents.


L'adulte a donc un rôle fondateur dans ce mouvement. Un enfant laissé à lui-même ne peut passer seul ces étapes. Le rôle du parent est au contraire de l'aider, voire d'initier, ce changement d'état notamment par des moments spécifiques appelés rites de passage. Ils sont souvent néces­saires pour encadrer l'angoisse qu'engendre la mort de l'ancien pour une vie autre.


Le développement induit donc une succession de morts successives de l'enfant vis-à-vis de lui-même, mais aussi de l'environnement. Le parent doit accepter qu'après chacune de ces étapes l'enfant ne soit plus comme avant. Cette évidence n'est pas apparente pour tous les parents qui parfois prennent encore l'enfant comme leur « bébé », comme un simple adulte en réduction ou qui n'attendent de lui que son entrée dans le monde adulte sans lui permettre de vivre les étapes infantiles pour elles-mêmes.


Le développement c'est l'augmentation de la confiance mutuelle entre deux êtres pour que chacun puisse découvrir grâce à l'autre sa propre iden­tité, dans l'acceptation sereine de l'interdépendance.


L'enfant n'est pas un adulte en réduction. L'adulte est toujours cet enfant en développement permanent.


Pascal Patry

Praticien en psychothérapie




Enfance

Le mot développement signifie « retirer l'enveloppe »

Ce concept évoque une dynamique de création et de recréation qui permet à tout sujet de se sentir totalement sujet à chaque étape de sa vie, étape qui donnera du fruit et étape qui engendrera un nouveau germe pour passer à l'étape suivante

Le développement induit donc une succession de morts successives de l'enfant vis-à-vis de lui-même, mais aussi de l'environnement. Le parent doit accepter qu'après chacune de ces étapes l'enfant ne soit plus comme avant.