Accueil

L’entretien thérapeutique

Selon la Thérapie comportementale cognitive et la thérapie des schémas.




















En 1979, Aaron Temkin BECK introduisit une hypothèse selon laquelle :


« L'évaluation que l'on fait d'une situation et de sa capacité d’y faire face est influencée par des postulats ou des croyances de base communément appelés des schémas qui sont totalement inconscients ».


Ces croyances sont souvent inflexibles et inconditionnelles. Elles se développent tôt dans la vie, le plus souvent dans l'enfance, à partir d'expériences personnelles précoces par interaction entre les structures neuronales et l'expérience acquise et de l'influence des parents et du milieu.


Elles peuvent donc être réactivées par des émotions qui sont analogues à celles du moment où elles ont été imprimées, et être à l'origine de scénarios de vie.


Exemple : TCC-E



« La thérapie des schémas est actuellement l'un des traitements les plus adaptés à la prise en charge des troubles de la personnalité. Elle est issue de la thérapie cognitive qu'elle a considérablement enrichie en lui intégrant des concepts et des techniques provenant d'autres champs de la psychothérapie. Fondée sur l'abord phénoménologique de la pathologie présentée par les patients, elle est très appréciée par ceux-ci qui se sentent reconnus et compris au travers de notions qui leur apparaissent évidentes parce qu'empiriques.


Les techniques thérapeutiques utilisées, reposant essentiellement sur l'émotion, leur permettent de ressentir leurs difficultés en en découvrant les sources dans leur histoire de vie ».


Bernard PASCAL - Psychiatre-psychothérapeute



Article lié : Activation des émotions

Article lié : L’évaluation de la souffrance par le thérapeute

Article lié : Test : Est-ce que j'attribue un sens à ma vie ?

Article lié : Ma condition humaine



• L’entretien thérapeutique n’est pas un recueil de recettes de bien-être.


L’entretien thérapeutique est un ensemble de méthodes qui ont pour but d’aider une personne à vaincre des difficultés psychologiques. Ces difficultés se sont construites au fil du temps, dans un environnement social et éducatif plus ou moins adapté au développement optimal de la personne en rapport avec sa nature profonde.


Il en résulte que certaines personnes présentent des « distorsions » qui les empêchent d’avoir une vie saine et épanouie. Elles ressentent un malaise avec plus ou moins de conscience, dans les rapports interpersonnels ou autres, parce qu’elles ont mis en place des schémas de fonctionnement bien particulier. Ces schémas inconscients se sont imprimés par les expériences vécues dans la toute petite enfance, l’enfance ou l’adolescence.



« Voyez-vous, nous dépendons en grande partie de notre histoire. Nous sommes façonnés par notre éducation, l'influence de nos parents qui n'est, en aucun cas, toujours personnelle. Soit, ils avaient des préjugés, soit, ils étaient influencés par des idées historiques ou par ce qu'on appelle des dominantes (archétypes) qui constituent un des facteurs les plus décisifs de la psychologie ».


Carl Gustav Jung - Psychiatre


« Construits au contact des expériences vécues, les Schémas sont des repré­sentations inconscientes de soi, des autres et de l'environnement. Lors de certains stimuli déclencheurs (situation de l'environnement, pensée, image mentale), un Schéma peut s'activer, c'est-à-dire parvenir partiellement à la conscience, sous la forme de pensées automatiques. Pour le thérapeute, les pensées automatiques représentent donc une façon d'appréhender l'incons­cient : le thérapeute joue le rôle de « sonde cognitive » ».


Bernard PASCAL - Psychiatre-psychothérapeute



• Ce qu’il faut savoir à propos des schémas :


1. Les schémas représentent des interprétations personnelles et automatiques de la réalité : ils traitent donc l’information de manière inconsciente.


2. Ils influent sur les stratégies individuelles d’adaptation.


3. Ils se manifestent par des distorsions cognitives et des biais spécifiques qui sont des « préjugés » ou des « attitudes dysfonctionnelles ».


4. Ces schémas peuvent être à la base de la personnalité et en particulier les schémas précocement acquis.


5. Ils se traduisent par une vulnérabilité cognitive individuelle.


6. Chaque trouble résulte d’interprétations inadaptées concernant soi-même, l’environnement actuel et le futur. On peut citer, par exemple, les schémas d’interprétation négative des événements (dépression), les schémas de danger (phobies et attaques de panique) et les schémas de sur-responsabilité (trouble obsessionnel compulsif).


7. Ces schémas se traduisent par une attention sélective vis-à-vis des événements qui finissent par arriver : ils représentent donc une prédiction qui se réalise [A] (à force de se fixer inconsciemment sur le négatif).


8. Les schémas dysfonctionnels sont des structures mentales sélectionnées par un environnement et devenues inadaptées à un autre environnement. Ils peuvent avoir présenté une valeur de survie dans l’histoire de l’individu ou bien celle de l’espèce dont ils représentent un vestige, qui a survécu à son utilité pratique.


9. Ils sont à relier à des réseaux de neurones, gérant à la fois les émotions, les croyances et les comportements.


10. L’activation des émotions et des pensées automatiques [1] qui leur sont associées permet d’accéder au schéma. Le schéma se met dès lors automatiquement en marche.


[1] - On entend par pensée automatique une image ou une pensée dont la personne n’est pas consciente à moins de se focaliser sur cette image ou cette pensée. Lorsque la personne, au cours d’une séance de thérapie, ressent une forte émotion, le thérapeute lui demande alors quelle est la pensée qui lui vient à l’esprit. Cette mise à jour de constellations de pensées automatiques permettra progressivement de comprendre et d’évaluer les schémas. Avant de réfléchir (mise en œuvre des cognitions), nous sommes des êtres d’émotions. Dans un schéma dysfonctionnel, c’est toujours l’émotion qui gagne et entraîne la personne dans son problème. Les processus cognitifs (analyse, réflexion, capacité à prendre du recul, etc., sont débordés par l’émotion).


C’est pourquoi la thérapie est un ensemble de techniques pour aider les personnes à faire en sorte que les cognitions prennent le pas et devance l’émotion, afin que le schéma cesse ses répétitions, car pour chercher à s'adapter à son milieu et aux expériences vécues, l'enfant met en place des Stratégies, qui sont des mécanismes inconscients (le schéma) à visée adaptative.



• Exemple de schéma dysfonctionnel :


Croyance inconsciente : « Personne ne m'aime »

Pensée : « La vie est morose, je risque d'être seul »

Sentiment : « Je suis triste et abandonnée, c'est injuste »

Comportement : Isolement, rejet des autres et des contacts, froideur

Résultat : Solitude, rejet par les autres

Renforcement de la croyance [A] : « Personne ne m'aime »


Article lié : Les boucles de croyances en astrologie



• Les schémas précoces inadaptés


« Les Schémas se construisent tout au long de l'expérience vécue du sujet : il existe des Schémas construits au début de la vie, et d'autres qui apparaîtront plus tardivement dans l'existence : après un traumatisme, il peut apparaître un Schéma de vulnérabilité ; après un échec scolaire ou professionnel, un Schéma d'échec ou d'incompétence, etc. Pour ce qui est des troubles de la personnalité, on s'intéresse aux Sché­mas apparus le plus précocement dans la vie du sujet ».


Bernard PASCAL - Psychiatre-psychothérapeute


Le Schéma Précoce Inadapté :


• est un modèle ou un thème important ou envahissant ;

• est constitué de souvenirs, de cognitions, de sensations corporelles et d'émotions ;

• concerne soi-même et ses relations avec les autres ;

• est constitué au cours de l'enfance ou de l'adolescence ;

• est enrichi tout au long de la vie ;

• et il est dysfonctionnel de façon significative.


Des Schémas peuvent se constituer tout au long de la vie d’une personne : un accident grave, une maladie brutalement apparue, un échec scolaire ou professionnel peuvent constituer des faits marquants au plan psychologique et générer des Schémas de vulnérabilité, d'échec, notamment ; encore que, dans ces cas, l'apparition tardive d'un tel Schéma est souvent liée à d'autres Schémas, préexistants.


Le thème ou modèle représente une préoccupation récurrente identifiable dans les pensées automatiques de la personne : l'abandon, la carence affective, l'imperfection, le sentiment d'être différent des autres, la vulnérabilité, l'incompétence, la punition, etc.


Les Schémas Précoces, comme tous les Schémas, sont des représentations inconscientes du sujet concernant lui-même et/ou les autres, acquises au cours de son expérience de vie.


Au travers des relations avec les personnages qui ont été présents autour de lui dans son enfance, la personne va se forger des représentations sur sa valeur personnelle, sur la confiance qu'elle a en elle-même, sur ses capacités d'autonomie, de régulation émotionnelle, sur le degré de confiance/méfiance qu'elle peut avoir envers les autres, etc.


Les schémas précoces inadaptés représentent des modèles ou des thèmes importants et envahissants pour une personne. Ils sont donc constitués de souvenirs, d’émotions, de pensées et de sensations corporelles. Ils concernent la personne et ses relations avec les autres. Ils se sont développés au cours de l’enfance ou de l’adolescence. Ils se sont enrichis et complexifiés tout au long de la vie.


Le schéma n’est pas un comportement, mais il est constitué de stratégies individuelles d’adaptation qui vont entraîner un style relationnel particulier. Paradoxalement ces stratégies d’adaptation vont tenter de résoudre les problèmes qui se posent. Ainsi, par exemple, une personne qui se sent inférieure peut chercher la protection d’autrui au lieu de modifier le schéma en développant des stratégies de performance par exemple.


Les schémas précoces inadaptés se traduisent dans des comportements auto défaitistes, qui apparaissent très tôt dans le développement et se répètent tout au long de la vie.


Les contenus des schémas sont latents et ils sont évités par la personne (parce qu’à la source du schéma il y a souvent une émotion trop difficile à affronter consciemment). La personne refuse alors de voir ce qui guide sa vie, laissant le schéma décider de son destin.


Les schémas et les émotions qui en sont à la base représentent donc des éléments constitutifs de la personnalité et sont à la source des scénarios de vie, selon lesquels une personne va répéter sans cesse les mêmes erreurs en croyant que sa vie va changer.


Le rôle du psychothérapeute est donc « d’aider la personne à mettre des mots sur l’expérience émotionnelle de son schéma ». Ce schéma ne sera peut-être jamais complètement modifié, car il est inscrit dans le cerveau émotionnel, mais la personne pourra vivre une vie plus satisfaisante, à travers les modifications cognitives émotionnelles et comportementales proposées par un thérapeute actif.


Des études contrôlées démontrent l’efficacité de l’approche des thérapies comportementales cognitives.


Article lié : Que procure l’ouverture de conscience ?



• Quelques exemples de croyances à la base de schémas précoces inadaptés


• Je dois absolument réussir et être le meilleur. Je ne peux me permettre aucune erreur.


• Si je fais une erreur, cela prouve que je suis incompétent.


• Je dois réussir dans la vie pour être quelqu'un. Ma réussite financière mesure ma valeur.


• Je ne peux pas être heureux si je n'obtiens pas ce que je veux, si je ne réalise pas ce que j'avais prévu, si je perds ce que j'ai acquis.


• Je dois toujours être aimé par tout le monde. Je dois être compris par tout le monde. Je dois être approuvé.



Pascal Patry

Praticien en psychothérapie

Psychanalyste


Déclaration de Paris



Cours et ateliers




L’entretien thérapeutique n’est pas un recueil de recettes de

bien être.

Chaque trouble résulte d’interprétations inadaptées concernant

soi-même, l’environnement actuel et le futur

Dans un schéma dysfonctionnel, c’est toujours l’émotion qui gagne

La thérapie est un ensemble de techniques pour aider les personnes à faire en sorte que les cognitions prennent le pas et devance l’émotion, afin que le schéma cesse ses répétitions

Les schémas précoces inadaptés se traduisent dans des comportements auto défaitistes, qui apparaissent très tôt dans le développement et se répètent tout au long de la vie

Thérapeutique

Avant tout engagement dans un travail thérapeutique, et lors d’un premier entretien, nous informons la personne de la pratique et des méthodes que nous utilisons. Cela fait partie des droits des patients. Nous tenons compte de la fragilité des personnes en souffrance, qui peuvent se faire accompagner lors de ce premier entretien par une personne de leur choix.

Pascal Patry atteste de deux années d’étude en psychanalyse ainsi que de sa propre analyse sur une période allant de 1992 à ce jour.


Ces certificats sont les garants de son propre suivi psychologique et attestent de sa capacité à aborder avec soin et bienveillance la psyché d’autrui. Il suit un programme d'amélioration continue.


Il accompagne depuis 10 ans hommes et femmes en quête d’une vie plus épanouissante ; pour la plupart des personnes qui se sont efforcées sincèrement d’améliorer leur vie par elles-mêmes, mais qui n’y sont pas parvenues seules. Pour ces dernières une relation de confiance dans une forte alliance thérapeutique a été nécessaire.