Astrologie du doute et astrologie de l'espérance

Aller au contenu

Astrologie du doute et astrologie de l'espérance

Enfance et Parentalité
Publié par Pascal Patry dans Spiritualité · 20 Octobre 2021
Astrologie du doute et astrologie de l'espérance
Dans de nombreux livres d’astrologie vous pourrez lire que le Soleil représente l’essence de notre Moi, de notre volonté, de notre individualité, etc.

La réalité est quelque peu différente et mérite quelques précisions.

Le Soleil est l’astre à partir duquel nous pouvons mettre en œuvre notre volonté. Le Soleil en lui-même ne peut pas être comparé à notre Moi. Par contre notre Moi peut se servir de l’énergie solaire comme support. De la même façon, il peut se servir des autres énergies planétaires comme support de son expression.

Et pour préciser de quelle manière ce support peut être utilisé par le Moi, il faut aller voir la position du Soleil en Signe et en Maison.

Les mots ont leur importance, les concepts également, et la façon d’articuler les mots et les concepts dans la pensée sont d’une importance capitale pour la justesse de la pensée.

Lorsque nous lisons, dans les livres d’astrologie, que plus que toute autre planète, le Soleil représente qui nous sommes, eh bien cette façon d’énoncer les choses est erronée.

Prenons pour exemple la dépression. Cela signifierait qu’étant donné que notre Soleil (celui qui se trouve dans notre carte du ciel de naissance ou horoscope) est la source de notre vitalité et de notre désir de puissance, et bien qu’en aucun cas nous ne pourrions être déprimés. Depuis quand un Soleil peut-il être déprimé ?

Si, comme c’est écrit dans les livres, le Soleil représente l’essence de notre Moi, il y aurait des Soleils sujets à la dépression, des Soleils quelque peu éteints !

Or, l’énergie solaire dans sa valeur symbolique ne peut en aucun cas entrer dans le cadre de la dépression. Si c’était le cas, il ne faudrait pas soigner le Moi, mais le Soleil !

Si par malheur, un astrologue venait à dire à son client : « votre Soleil est mal aspecté dans votre thème de naissance » et c’est pourquoi vous êtes déprimé, je vous laisse imaginer l’aggravation psychique du client.

Les choses se présentent alors sous l’aspect d’un fatalisme : « ah, mon pauvre gars, tu n’as pas de bol » ! Et le client : « ma vie est foutue, mon Soleil est mal aspecté ».
Il y a un moment où il faut arrêter les conneries !
Tout le monde peut comprendre et ressentir que quelque chose ne va pas dans la façon d’énoncer et de comprendre l’astrologie, de telle sorte qu'elle puisse servir l’homme (et non le déservir), comme elle l’a jadis servi dans les temps reculés de l’humanité, où l’on y comprenait encore quelque chose.

Le Moi, c’est une chose. Le thème astral de ce Moi, c’est autre chose. Qu’un Soleil mal aspecté puisse être difficilement utilisé par le Moi, car le Soleil en question est effectivement « en difficulté » dans l’horoscope de naissance, et que du fait de cette difficulté le Moi s’en trouve déprimé, est une chose. Mais identifier le Moi au thème natal est autre chose.

La pensée astrologique doit évoluer et les façons de présenter les choses aussi. Le thème astral, horoscope ou thème de naissance est un outil à la disposition du Moi. Le Moi doit composer avec cet outil et la façon dont il va s’organiser pour utiliser cet outil de façon optimale, c’est cela même qui va faire en sorte que ce Moi va pouvoir se découvrir lui-même. (Dans la vie, le plan c'est bien de se découvrir soi-même).

Exemple : Je suis maçon, j’ai une truelle dont le manche en bois est cassé. Donc si je veux maçonner tout de même, car je n’ai pas d’autre outil à ma disposition, je dois me servir uniquement de la partie métallique, le bois du manche étant inutilisable.

Si j’arrive à bâtir un mur, c’est que j’ai procédé d’une adaptation entre moi et l’outil (y voir par analogie une adaptation du Moi au corps astral). Je me découvre donc capable d’utiliser un outil d’une manière autre qu’à l’ordinaire, et ça marche, ça fonctionne. Je me suis donc découvert des capacités que je ne pensais pas avoir et d'aucune façon reçues de mon thème astral !

La connaissance de soi n’est donc pas quelque chose qui doit être tiré du thème natal (ce n’est pas la truelle qui fait le maçon), mais du rapport que le Moi entretient avec son thème de naissance. Soyons très clairs, lire une carte du ciel n'a jamais appris à personne "qui il est".

Si donc, pour reprendre le cas de la dépression, l’outil (le thème natal) est difficilement utilisable, il s’agira dans la relation thérapeutique de trouver les moyens pour que le Moi cesse de vouloir utiliser à tout prix un outil tel qu’il est « mal construit » et l’utiliser différemment.

Cessez de vouloir à tout prix utiliser un outil qui ne fonctionne pas de la façon dont on souhaite l’utiliser, c’est œuvrer de lâcher-prise, et le lâcher-prise est souvent salutaire. Quand on s’efforce à tout prix d’utiliser un outil et qu’on n’arrive à rien, il est normal qu’à un moment donné, on baisse les bras.

Le thème astral de naissance est pour chacun de nous un champ de force qu’il est inutile de vouloir modifier. Ce qu’il faut modifier, pour vivre mieux, lorsque le ciel est difficile, c’est le rapport que nous avons avec lui.

Si la vie est usante et fatigante, que chaque soir il nous faut aller dormir pour nous réparer, c’est que durant la journée notre Moi n’a cessé d’être « en conflit » avec les énergies du thème natal : ce que l’on nomme couramment l’astralité.

Ce que tout le monde cherche consciemment ou non, c’est le juste équilibre entre le moi et le ciel, afin d’avoir la vie la plus paisible possible.

C’est ce que disait le docteur Yeshi, médecin du Dalaï-Lama :

« La santé est la relation juste entre le microcosme, qui est l’homme, et le macrocosme, qui est l'univers. La maladie est une perturbation de cette relation ».

On parle donc bien d'une relation, d'un rapport à...

Si vous lisez dans les livres que la Lune représente vos émotions, votre subconscient, vos instincts, vos habitudes et votre mémoire ; que Mercure symbolise votre style de communication, votre aptitude au raisonnement, et la façon dont vous pensez ; que Vénus représente les domaines de votre vie concernés par l’amour, la séduction, la beauté, les biens matériels et les arts ; que Mars est la planète du désir et de l’agressivité et qu’elle représente votre énergie physique, votre combativité, votre esprit d’entreprise et votre courage ; que Jupiter est la planète de l’expansion et de la bonne fortune et qu’elle représente la croissance, la prospérité, l’abondance, la sagesse, la générosité
et la conscience supérieure ; que Saturne représente la limitation, la restriction, la prudence, l’organisation, l’endurance et la discipline et qu’elle vous indique où vous devez faire face à vos peurs, et aussi où vous avez de l’ambition, etc... demandez-vous où vous ÊTES VOUS dans tout cet enchevêtrement astral.

Si vous trouvez où vous êtes, c’est gagné, et c’est à cela que devrait servir une véritable astrologie : à vous trouver vous-mêmes et non à vous identifier à des planètes.

Réfléchissons : Nous allons un jour franchir le seuil, c'est-à-dire « mourir » comme on dit d’habitude. À quoi auront alors servi les qualités de Jupiter ? De Mars ? De Vénus ? Et bien, sur le plan terrestre, à rien du tout.

Dans son livre « L’astrologie sacrée » Frédéric Lionel écrit :

« Par la poésie, la vision du Monde épouse le battement du cœur de l’Univers qu’anime le Saint-Esprit et s’ouvre la porte d’une chambre secrète de l’âme en laquelle palpite la Vie. Puisse-t-elle triompher des pièges du quotidien, afin que son rythme, donc sa lumière, apprenne à chacun à mourir vivant ! Mourir vivant ? Affirmation gratuite ou Initiation ? Consultons pour l’apprendre, les symboles et les données d’une antique sagesse ».

Car voilà ce qui servira au-delà du seuil, c’est ce qui se sera trouvé en soi ; cette Vie qui palpite en nous, et qui n’a rien à faire avec les planètes et surtout rien à faire avec les planètes telles que l’enseigne l’astrologie d’aujourd’hui.

• Si l’astrologie m’est utile pour « moins » mourir, c'est-à-dire faire évoluer mon Moi à un point tel que ce dernier demeure conscient au-delà du seuil, alors je suis preneur.

• Si l’astrologie me fait croire, de son utilité, pour que ce qui se trouve dans le miroir aux alouettes se réalise, je fuis à toutes jambes.

L’astrologie est affaire de spiritualité.

L'astrologie n’a rien à voir avec un gain dans quelque domaine que ce soit : financier, affectif ou autres.

Si c’était le cas, nombre de personnes ayant approfondi le sujet seraient dans des situations plus juteuses ! Or, il n’en est rien.

L’astrologie ne devrait se présenter et être utilisée que pour le bien-être intérieur par un travail d’élévation de la conscience, afin que le noyau spirituel en soi se dévoile et qu’à partir de ce noyau on puisse chaque jour, au milieu de l’astralité qui nous assaille au point d’être parfois éreinté le soir, avoir la banane, car la vraie astrologie se voit sur les visages, dans la profondeur des yeux, dans les attitudes paisibles, dans les sourires que l’on croise et qui interpellent ce petit quelque chose en nous que beaucoup cherchent désespérément encore.

Pascal Patry
Praticien en psychothérapie
Astropsychologue
Psychanalyste





Mentions légales
Retourner au contenu